Géorgio Benayoun ( 1938 )

stanislasjung -
logo Cabinet d'Art

Georgio Benayoun est né le 17 Octobre 1938 à Oran, en Algérie, pays qu’il quitte très jeune pour rejoindre son frère tailleur et modéliste installé place du Tertre à Paris. La il obtiendra un diplome de modéliste, et son gout pour la peinture le poussera vers sa principale source d’inspiration, les femmes et plus particulièrement les danseuses du moulin rouge. Il ne se lassera pas d’esquisser leurs portraits, affirmant peu à peu à son style si particulier. Place du tertre il rencontra de nombreux peintres, devint le modèle d’Utrillo, ainsi que l’ami de Gen Paul. Ce dernier vit dans son trait pure et énergique un talent qu’il ne cessa d’encourager et de conseiller.

Georgio Benayoun, artiste « d’art brut » ? Pourquoi pas! (par Jean Charles RIZ)
« J’ai eu la grande surprise ces derniers temps, de constater que de nombreux collectionneurs d’art dit « hors normes » faisaient l’acquisition de gouaches et de sanguines de Georgio.
Georgio, artiste gentil, timide et dénué de méchanceté, n’a d’autre arme dans sa vie que son sourire et sa douceur. Mais c’est aussi un peintre quasi obsessionnel, psychiquement incapable de dessiner autre chose que des élégantes des années 20.
Il y a quelques années, par curiosité et peut être aussi par perversité, j’ai demandé à Georgio de réaliser un dessin érotique dans l’esprit de Pascin. Ce bouleversement l’a tellement perturbé qu’il a dû, en toute urgence, consulter son cardiologue.
En ce qui concerne l’art brut, singulier ou hors normes… je pense depuis longtemps, que ce n’est pas l’œuvre qui est brute, mais l’artiste qui l’a réalisée, à condition bien entendu que son travail soit spontané.
Ce n’est pas l’élégance répétitive des dessins de Georgio qui attire ces collectionneurs mais l’obsession presque maladive de leur auteur.
Dans ces conditions Georgio, artiste « d’art brut » ? Pourquoi pas! «

publié le 19 novembre 2010, sur art-pulsion

Pour en savoir plus :

Dameskarlette