Marc Bohan ( 1926 )

stanislasjung -
logo Cabinet d'Art

Marc Bohan est un grand couturier français qui consacra trente années de sa vie à la maison Dior. Avec elle il marqua à jamais l’histoire de la mode et du luxe à la française.

Le jeune Marc, artiste dans l’âme, quitta très vite le monde de la finance auquel l’avait destiné sa famille pour se tourner vers le monde de la création. Il débuta chez Jean Patou et en devint le directeur artistique de 1954 à 1957. Puis, ennuyé par la gestion trop prudente de la maison, il se tourna vers Dior en 1937, alors en plein âge d’or. A la mort de Christian Dior, il exerça son talent en tant que directeur artistique du prêt-à-porter à Londres.

Après un bref allez-retour chez Revillon, en 1960, Marcel Boussac alors propriétaire de Dior lui proposa de remplacer Yves Saint Laurent dans la section haute-couture. L’année 1961 marqua donc sa première collection signée chez Dior. Avec elle, Slim Look, ses lignes épurées et libérées, il influencera les sixties « en contribuant à l’émancipation de la femme » jusqu’à son apogée symbolique quelques années plus tard en mai 68.

Puis arrivèrent les seventies avec le lancement de Dior Monsieur ainsi qu’une rupture majeure dans son style. « Le look androgyne fait son apparition et l’association t-shirt-pantalon devient la tendance dominante de cette décennie ». Les années 80 quant à elles virent se développer un travail plus poussé pour la haute couture, où il laissa libre court à sa sensibilité pour les autres arts. C’est à cette époque qu’il rendit hommage à Jackson Pollock en s’inspirant de son « dripping » dans sa collection 1984. En récompense de son travail, en 1983 et 1988, il recu le dé d’or. 1988 marque sa cinquante septième et dernière collection pour Dior.

Au cour de ses trois décennies, il su créer des relations privilégiées avec les icones de son temps. Il habilla Elisabeth Taylor, Sofia Loren, Brigitte Bardot, ou encore la princesse Grace de Monaco.

« Mes amis s’étonnent parfois de mon effacement derrière le nom de Christian Dior… Ma seule ambition fut toujours de justifier la confiance portée en moi, depuis Marcel Boussac, jusqu’à tous ceux dont je savais que leur talent avait besoin que la maison Dior se maintienne. «

Pour en savoir plus :

Le musée Christian Dior
Le Monde.fr
Exposition les Années Bohan